• Pas de patrimoine aujourd'hui , ou pas vraiment...c'est bel et bien d'un monument dont je vais vous parler mais pas d'inscription aux momuments historiques, ou pas encore, qui sait???

    Et nous voilà un dimanche de fête des méres, petit tour d'horizon , et là un truc énorme dépasse au dessus des arbres et des maisons...

    Comme la motié de l'île , je cours vers le lieu du mouillage, c'est énorme et tellement rare pour notre tout petit caillou...

    Et bien quelle impression!!! Quand j'arrive sur place , je me sens de suite toute petite (bien plus que d'habitude).

    Donc ,cet immeuble flottant est long de 196 mètres,il y a 320 membres déquipage, ce jour là seulement 157 passagers surtout des Américains.

    Ce paquebot navigue depuis mars 2002, et fait quasiment le tour du monde en deux ans. Ici pas de cabines, mais des appartements,les passagers en sont propriètaires.

    Il y a le choix entre appartements de 100 ou 300 m², sur une période de 70 ans.Bien évidement il y a tout ce qu'il faut dessus.

    Piscine,boutiques, tennis,golf,marina .....

    Donc voilà cet immense truc flottant , qui parcoure le monde, fait des escales dans 46 pays , et fait vraiment un drole d'effet lorsqu'il mouille ici.

    Son Nom: THE WORLD


    3 commentaires
  • Dans le Périgord , on voit un peu partout des bories , des petits abris en pierres sèches, au bord des routes , au milieu d’un champ….Mais les plus remarquables sont les cabanes du Breuil.

    Leur construction est un savant empilage de pierres calées par d’autres pierres.Leur mise en œuvre se fait sans liant (ciment,mortiers..).Bref ça tient tout seul comme par magie !!

    Patrimoine d'ailleurs

     Leur construction remonte à la nuit des temps, la première trace écrite les concernant date de 1449 (à cette époque elles appartenaient aux Bénédictains de Sarlat).Les cabanes du Breuil connurent un regain d’interet au 18ème et 19ème avec la naissance des nouvelles industries (forge) qui attirèrent beaucoup de monde dans le Périgord noir.A cette époque , un tisserand , un bourrelier et un forgeron vinrent s’installer ici.

    Patrimoine d'ailleurs

     Cette cabane fut restaurée en 1970, bien qu’aujourd’hui elle serve d’habitat aux oies, autrefois c’était l’atelier du bourrelier, il y confectionnait tout article en cuir.Au départ du bourrelier , la cabane servit aussi de séchoir à chataignes.

    Patrimoine d'ailleurs

     Celles-ci ont été transformées en habitation .Sur la droite de la photo on distingue le four à pain toujours en activité.

    Patrimoine d'ailleurs

    Les trois cabanes sont indépendantes de la maison d'habitation, de l'extérieur on a l'impression qu'il y en a qu'une, alors qu'il y en a bien trois différentes, il faut sortir de l'une pour entrer dans l'autre.

    Patrimoine d'ailleurs

    Lorsque les cabanes étaient habités , celle-ci , celle du tisserand était vide.Il y avait juste un feu au milieu et les animaux autours.

    Patrimoine d'ailleurs

    Les hommes dormaient à l'étage sur des poutres où ils avaient aménagé un plancher en rondins.

    Patrimoine d'ailleurs

     Pour bâtir les cabanes, les hommes dégagèrent des carrières à l'endroit même de la construction.Ces carrières se divisent en deux parties.

    *La couche supérieure d'environ 40 à 70 cm d'épaisseur est constituée de lauzes.Ces dernières sont idéales pour les toitures, elles sont larges et plates et n'exédent pas 6 cm d'épaisseur.

    *La couche inférieured'où sont extraite les pierres à bâtir (pour les murs).

    Patrimoine d'ailleurs

    Cette cabane est la plus grande de toutes, ses diagonales sont égles à la hauteur, c'est celle du forgeron.On y fabriquait des plaques de cheminée, des chaudrons ,des clous, des fers à chevaux et même des boulets de canon.

    Patrimoine d'ailleurs

    Avec toutes ces oies on se croit vraiment dans "le bonheur est dans le pré".

    Patrimoine d'ailleurs


    3 commentaires
  • Début janvier , un promeneur est devenu inventeur à l'île d'Yeu. Et oui on parle d'inventeur quand une personne trouve un trésor ou des restes archéologiques.

    Donc début janvier alors que la mer monte et grignote encore un peu plus la dune , un promeneur découvre un squelette humain dans la dune.Il rassemble alors les ossements pour leur éviter de partir avec la marée qui se fait pressante.

    Normalement on ne doit en aucun cas déplacer une découverte comme celle là , mais là il le fallait.

    Patrimoine de Yeu

    (photo France3 Pays de la Loire)

    Une pièce en fer rouillée est le seul objet retrouvé a proximité d'une des côtes du squelette.Malheureusement , à cause du déplacement des ossements il est impossible de définir cet objet (simple bouton, une agrafe servant à fixer un vêtement, une épingle qui fermait un linceul?).

    Les seules certitudes pour le moment sont que le squelette se trouvait bien dans une fosse creusée. Cette fosse était orientée Nord-Sud et non Est-Ouest comme les sépultures chrétiennes classiques.

    Un "cimetière des noyés" est bien répertorié sur une carte du 18ème, à cet endroit. Lorsqu'un naufragé arrivé sur la côte , il fallait bien entendu l'enterrer le plus rapidement possible pour éviter les épidémies. Or ne connaissant l'identité du noyé il était impossible de connaitre sa religion , c'est pour cela qu'il ne pouvait être enterré dans le cimetière paroissial, il trouvait donc sa dernière demeure proche du lieu où il arrivait à la côte.

    L'inventeur à décidé de baptiser son squelette des sables Martin , mais pour l'heure rien ne dit qu'il ne s'agisse pas de Martine.

    Jetez un coup d'oeil à la vidéo sur cette découverte.

    http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=000207347_CAPP_LledYeudcouvertedunsquelettemystrieux_100120111743_F3

     

     




    5 commentaires
  •  

    DE RETOUR sur EKLABLOG:

    Dimanche 27 février à partir de 19h00 rendez-vous sur123defipatrimoine.eklablog.com pour répondre à quelques petites questions .

    Un grand sondage pour un petit défi entre membres du réseau du petit patrimoine.

    Soyez nombreux à répondre aux sondages!!

     

    Patrimoine d'ailleurs


    1 commentaire
  • Je vous avais promit un petit bijoux , et bien voilà la merveille que l'on a découvert à quelques centaines de mètres du prieuré de Redon Espic. Au milieu de nulle part (de l'herbe pousse sur la route et notre gps s'en est perdu).

    Patrimoine d'ailleurs

    Comme indiqué sur cette photo , tout a commencé en 1814.

    Une petite bergère de 14 ans , Marie-Jeanne Grave, gardait ses moutons à cet endroit.

    Patrimoine d'ailleurs

    C'est alors qu'elle voit apparaitre devant elle une dame aux habits blancs,  avec des rubans bleus en guise de lacets et une croix lumileuse au cou.La vierge ne tardera pas à apparaitre une seconde fois à la jeune bergère, mais cette fois avec une requête pour la fillette.

    Patrimoine d'ailleurs

    Elle lui demande de faire en sorte que ses parents se retourne vers la vie chrétienne , qu'ils avaient laissé de côté depuis un petit moment.Econduite par ses parents, et non cru par tout son entourage, la jeune bergère meurt le 24 novembre 1814.

    Patrimoine d'ailleurs

    C'est sur le lieu des apparitions que quelques fidèles vinrent alors prier régulièrement.

    Patrimoine d'ailleurs

    De plus en plus de monde vint rendre hommage à Marie Jeanne en espèrant y voire eux aussi la Vierge. Ils vinrent tellement nombreux qu'un oratoire fut construit.

    Patrimoine d'ailleurs

    Ses attroupements contriburont à la création d'un pélerinage près de la fontaine où Marie Jeanne gardait ses moutons (fontaine d'eau et non de vin , désolée Labricotier).

    Patrimoine d'ailleurs

    Dès 1815 , le pélerinage devient annuel, tous les 8 septembre , avec des centaines de personnes. C'est sans doute cette affluence qui décida la première restauration du prieuré tout proche.

    Patrimoine d'ailleurs

    Aujourd'hui plus tant de monde à passer , mais encore quelques personnes a venir allumer des cierges et déposer des fleurs , lors de notre arrivée , une femme quittait l'oratoire après avoir allume un cierge.

    Patrimoine d'ailleurs

    Voilà pour l'histoire de la petite bergère.Quand nous sommes rentré dans cet oratoire , passé la frayeur de la statue (on ne s'y attendait pas et il faisait très sombre), une sensation vraiment étrange s'est faite ressentir.

    Patrimoine d'ailleurs

    Un sentiment puissant de séreinité , je ne saurais le décrire mais c'était très étrange.

    Patrimoine d'ailleurs

    Patrimoine d'ailleurs

    Patrimoine d'ailleurs

    La fontaine de l'apparition fait le lien avec l'extérieur.

    Patrimoine d'ailleurs

    Beaucoup de plaques de remerciement et d'objets diverses ornent l'oratoire, mais bien évidement une note indique qu'il ne faut plus déposer des objets de valeurs car ils disparaissent.

    Patrimoine d'ailleurs

    Donc voilà mon petit bijoux , cet endroit calme et retiré, où nous avons passé un moment étrange avant la tombée de la nuit , sur notre route de retour une sensation que nous avions visité un endroit très particulier.


    3 commentaires